samedi 16 mai 2009

Mahmoud DARWICH et... Marion à l'ombre des orthensias


Au soir sur les tâches de lumière entre tes
Seins, hier et demain s'approchent de moi.
J'ai été créé ainsi qu'il convient aux poèmes
d'exister...
La nuit naît sous ta couverture et l'ombre
est perplexe ici et là-bas,
Entre tes rives et les mots qui nous ont ramenés à leur timbre:
"J'ai posé ma droite sur sa chevelure,
Ma gauche sur les deux faons jumeaux d'une biche
Et nous avons marché vers notre nuit particulière..."

Le lit d'une étrangère M.Darwich




1 commentaire:

sellenet a dit…

Et ce fut à cet âge... La poésie
vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'où
elle surgit, de l'hiver ou du fleuve.
Je ne sais ni comment ni quand,
non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pas
des mots, ni le silence:
d'une rue elle me hélait,
des branches de la nuit,
soudain parmi les autres,
parmi des feux violents
ou dans le retour solitaire,
sans visage elle était là
et me touchait.

extrait de "La poésie"
Pablo Neruda